Mahmoud Abbas: « Je n’accepterai pas la présence d’un seul Israélien chez nous »

Publié le 30 Juillet 2013

(Article de Jeremyah Albert publié le 30 juillet 2013 sur JSSNews)

Le président palestinien Mahmoud Abbas a exposé sa vision des choses, lundi, à propos du statut final des relations israélo-palestiniennes.

Abbas a déclaré qu’aucun Israélien quel qu’il soit ne pourrait rester dans un futur État palestinien. Bien entendu, ne parlait pas des Arabes israéliens, mais des Juifs. Pour lui, la Palestine doit être libérée de ses Juifs, qu’ils soient civils ou militaires – qu’ils soient là pour 1 heure pour pour 10 ans.

Ces déclarations agressives montrent l’excellente stratégie mise en place par les équipes palestiniennes. On aimerait d’ailleurs que le gouvernement israélien – et Tzipi Livni (la négociatrice actuelle) en prenne un peu de graine.

De fait, c’est avec une posture forte, même tellement grosse que rien n’est acceptable, que le camp d’en face est obligé de faire les plus grosses concessions.

En d’autres termes, Israël devrait commencer ces négociations en affirmant que l’État hébreu devrait légitimement gouvernement toute la « Palestine mandataire » pour au final négocier, perdre du territoire, et ne garder que ce qui est vraiment dans les esprits de nos gouvernants.

« Dans la résolution finale, nous n’aurons pas la présence d’un seul Israélien – civil ou militaire – sur nos terres », a donc Abbas, lors d’un briefing aux journalistes égyptiens. « Ce qui nous irait, c’est une présence internationale, comme au Liban, en Syrie ou dans le Sinaï a t-il ajouté. »

C’est qu’il est vraiment malin le Mahmoud. Il a aussi compris l’inefficacité de pareilles organisations militaires. Il sait par exemple qu’au Liban, la FINUL ferme les yeux sur les actions du Hezbollah. Il sait qu’en Syrie, pays ou plus personne ne veut aller, ce sont désormais des soldats des iles Fidji qui surveillent la frontière. On en rigolerait si ce n’était pas pathétique…

Au moins le fait que pas un seul quotidien israélien ne fasse sa une sur le sujet montre à quel point la société israélienne ne croit même plus dans des chances de parvenir à un accord. Il faut dire qu’avec Mahmoud Abbas pour Président, il serait étonnant qu’il en soit autrement…

Et si, mais ce n’est qu’une proposition, on laissait d’abord les palestiniens faire la paix entre eux, entre Gaza et Ramallah – de sorte que si demain, il y avait un miracle (une paix avec « l’entité sioniste »), la légitimité du Président serait réelle et la paix acceptée de tous ?

.

ABBAS : « LA PALESTINE SERA JUDENREIN »

(Article publié le 30 juillet 2013 sur Israël Actu)

Israel /Autorité palestinienne: Mahmoud Abbas a présenté une vision raciste et haineuse d’un futur État palestinien, alors qu’il s’adressait à des journalistes au Caire, hier.

« Dans une résolution finale, nous ne verrions pas la présence d’un seul Israélien – civil ou militaire – sur nos terres », a-t-il déclaré à un groupe de journalistes, la plupart d’entre eux étant égyptiens.

L’expert en affaires arabes Dalit Halevy a expliqué que lorsque Abbas parle d’«Israéliens», cela renvoie aux «Juifs», car l’Autorité palestinienne fait référence à tous les Arabes qui vivent en « Palestine » – y compris les «Arabes israéliens» – quand il parle des Palestiniens. Il n’y a donc pas de distinction dans l’approche de l’Autorité palestinienne entre «Palestiniens» et «Arabes», et pas non plus de distinction entre «Juifs» et «Israéliens», en parlant des résidents du territoire de la Terre d’Israël (qu’ils appellent « Palestine ») .

Même maintenant, les Juifs ne sont pas autorisés à vivre à l’intérieur du territoire contrôlé par l’AP, et la vente de terres à des Juifs peut conduire à une peine de mort.

Quant à l’idée de soi-disant «échanges de territoires» dans un arrangement sur la base des frontières de 1949, Abbas a déclaré que « s’il y a besoin de procéder à des échanges limités de territoires qui sont égaux dans leur taille et leur valeur, nous sommes prêts à discuter, ni plus ni moins».

Les observateurs notent que, même si la future (et éventuelle) « Palestine » dans la vision du chef de l’Autorité palestinienne est apparemment «Judenrein » (terme allemand employé par les nazis signifiant « exemptée de Juifs ») Israël sera, bien sûr, tout sauf « Arabrein ». Les Arabes représentent environ 20% de la population d’Israël. Ils profitent pleinement de l’égalité des droits et élisent régulièrement des représentants à la Knesset qui méprisent ouvertement l’État, soutiennent les terroristes et appellent leurs compatriotes arabes à se soulever contre l’État juif.

Mahmoud Abbas: « Je n’accepterai pas la présence d’un seul Israélien chez nous »
Mahmoud Abbas: « Je n’accepterai pas la présence d’un seul Israélien chez nous »
Mahmoud Abbas: « Je n’accepterai pas la présence d’un seul Israélien chez nous »

Rédigé par 'Ami Artsi

Repost 0
Commenter cet article